Charles Fréger, Yokainoshima

  • Date de début 01/11/2018 — 00:00 Date de fin 24/10/2019
  • Lieu Jardin du Bra'haus I
    montée du Château L-9712 - CLERVAUX
  • Contact Clervaux - cité de l'image a.s.b.l. - 26 90 34 96 - info@clervauximage.lu voir le site

Ogres, esprits, fantômes ou bien démons.

Sur l’archipel japonais des mythes et des histoires folkloriques ont survécu depuis les temps anciens jusqu’à notre époque. Toute créature fantastique ou surnaturelle est attribuée à la famille désignée par le terme de “yōkai”.

Par la constitution géologique de sa patrie le peuple japonais est très exposé aux forces créatrices et destructrices des éléments naturels. Sa population suit intensément le rythme de la nature et a ainsi conservé des liens spécifiques avec les forces primaires. La croyance en des phénomènes mythiques et irrationnels nourrit l’enfance de l’homme depuis des siècles.

Certains événements échappent à la raison humaine et sont compensés par les émotions et l’imagination. Ainsi s’ouvre le portail vers des mondes parallèles pour expliquer les choses autrement inexplicables, pour surmonter des épreuves marquantes et difficiles au cours d’une vie et pour aspirer à une protection surhumaine pour l’avenir. Ces êtres appelés pour la protection et le soutien se montrent dans des manifestations changeantes et masquées. Leur caractère et leur nature sont équivoques. Certaines figures provoquent la peur, d’autres suscitent le respect et d’autres encore sont adorées et sollicitées pour leur grâce et empathie. Célébrés dans les rites et traditions du folklore rural, les Yōkai sont devenus populaires lors de festivals et de cérémonies périodiques et saisonniers.

Le photographe français Charles Fréger s’intéresse à leur effigie. Pour faire leur portrait, il les place dans un décor inédit qui correspond à son imagination : un paysage spécialement choisi pour soutenir une posture expressive et des gestes chorégraphiés. C’est ainsi qu’il explore tout le potentiel visuel de ses motifs.