Wonderful one

Après avoir présenté El Djoudour, le chorégraphe français Abou Lagraa revient au Grand Théâtre avec Wonderful One, pièce dans laquelle deux hommes et trois femmes dansent librement. La question de l’identité y est centrale, avec des personnages qui veulent assumer leurs choix sans se plier aux codes d’une société corsetée. Le duo d’hommes s’épanouit sur la partition du Combat de Tancrède et Clorinde, de Claudio Monteverdi, pendant que le trio de femmes est accompagné par deux grandes voix orientales, l’immense Oum Kalthoum et la religieuse chrétienne libanaise Sœur Marie Keyrouz. Quand le sacré de ces musiques se croise, la spiritualité affronte la liberté ; quand le masculin s’oppose au féminin, tout l’art d’Abou Lagraa prend son sens. Il livre ici une pièce parfaitement maîtrisée à l’intensité scénique permanente. Une nouvelle démonstration de sa maîtrise de l’espace et de son sens inné du rythme.

 20:00  Grand Théâtre www.lestheatres.lu