Jonathan Demme

Auteur du célèbre Le Silence des agneaux (récompensé par cinq Oscars), Jonathan Demme laisse derrière lui une œuvre cinématographique très riche, qui sera à l’honneur à la Cinémathèque tout au long du mois de juin. On y verra notamment sa première œuvre en tant que réalisateur, le film de série B Cinq femmes à abattre (Caged Heat), une œuvre de sexploitation sulfureuse qui accumule les scènes de nudité et de violence. Et le cycle se poursuivra avec Meurtres en cascade (Last Embrace), un thriller au suspense saisissant relatant la descente aux enfers paranoïaque de l’agent secret Harry Hannan suite au décès de sa femme. Le film suivant, Melvin et Howard, est une version romancée de la demande d’héritage contestée de Melvin Dummar, un garagiste qui prétendait avoir dépanné le milliardaire Howard Hugues sur une route du Nevada. Ce film restera l’un des grands films de personnage de Demme, le portrait plein d’humour et d’affection d’un Américain peu chanceux issu de la classe ouvrière. Preuve de son éclectisme en matière d’expression créative et artistique, Stop Making Sense est un témoignage visuel du génie musical du groupe Talking Heads, captant l’esprit des années 80 à travers l’excentrique et génial David Byrne et son célèbre costume surdimensionné. Et pour clôturer le cycle, une œuvre oscillant entre comédie, film d’action et thriller, appartenant au genre des « films catastrophe de jeunes cadres dynamiques », intitulée Dangereuse sous tous rapports plonge Lulu (Melanie Griffiths), une jeune femme spontanée et sensuelle, et Charles Driggs (Jeff Daniels), un homme charmant mais un peu coincé, dans un tourbillon émotionnel explosif.